association antinucléaire genevoise    logo
Accueil du siteJournalArticles par thèmesSécurité - Terrorisme
Dernière mise à jour :
jeudi 12 octobre 2017
Statistiques éditoriales :
436 Articles
2 Brèves
1 Site Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
1440 aujourd'hui
2667 hier
968042 depuis le début
   
Articles par thèmes :
Sécurité - Terrorisme
Journal par No :
No 60, septembre 2001
Auteurs :
Philippe Gobet
No 60, septembre 2001
Publié le dimanche 30 septembre 2007

« En cas de guerre un pays nucléarisé est impossible à défendre »

(Georges Buis, Général français)1

Au lendemain de la destruction des tours du World Trade Center et d’une aile du Pentagone, nos amis du réseau Sortir du Nucléaire français publiaient le communiqué de presse ci-dessous qui est tout à fait édifiant : en matière d’attentat, nous avons encore visiblement évité le pire car les conséquences dramatiques de l’effondrement du WTC sont relativement locales, ce qui ne serait pas le cas si un avion de ligne avait percuté une centrale nucléaire... Rajoutons encore que, par chance, -si l’on ose dire- les boeings utilisés ne contenaient pas ces fameux contrepoids à l’uranium dont nous parlions dans notre précédent numéro…

Voici d’abord le communiqué de presse du Réseau français :

Les attentats aux Etats-Unis montrent à l’évidence que la folie humaine n’a pas de limites. Les effroyables événements doivent nous obliger à tirer toutes les leçons de la vulnérabilité de nos pays occidentaux face au risque d’attaques terroristes. Le général Buis disait qu’en cas de guerre un pays nucléarisé est impossible à défendre. En temps de paix, les centrales nucléaires restent des cibles relativement faciles. Si des actes de terrorisme étaient perpétrés contre les installations nucléaires, ce serait sans doute le fait de groupes bien organisés et bien conseillés. Quelles seraient les conséquences en cas d’avion suicide sur une centrale nucléaire ? Sur un site internet américain 2, on peut lire que, suite à l’attentat contre le World Trade Center en 1993, les terroristes envisageaient, dans une lettre authentifiée, des attentats contre des installations nucléaires américaines. Les autorités nucléaires nous affirment que nos centrales nucléaires peuvent résister à la chute d’un avion. C’est vrai seulement pour un petit avion de tourisme de type CESSNA mais pas pour un avion de ligne dont l’impact serait au moins cent fois plus violent. Les documents de sûreté nucléaire sont très clairs sur ce sujet.. Tout est donc prévu sauf l’imprévisible ! Pourtant, les conséquences pourraient dépasser l¹entendement humain.

Le Réseau Sortir du nucléaire rappelle aux autorités françaises que la France, avec ses 58 réacteurs, concentre un nombre considérable de cibles nucléaires. Quelles garanties aujourd’hui pour les populations face à cette menace terroriste ?

(Communiqué de presse du 12/09/2001 du Réseau Sortir du nucléaire France)

Une « chance » sur 100 millions...Rajoutons encore que selon des déclarations de responsables français, l’hypothèse de la chute d’avions de ligne sur une centrale nucléaire n’a jamais été retenue car elle est estimée statis-tiquement à moins d’une « chance » sur 100 millions. Raisonnement intéressant sans doute ! D’ailleurs un plaisantin proposait de construire une centrale nucléaire à la place du WTC puisque statistiquement il est hautement improbable qu’un avion tombe à nouveau au même endroit… La catastrophe du WTC nous démontre également qu’on ne peut se fier aux calculs des ingénieurs, calculs selon lesquels les tours du WTC devaient résister à la chute d’un boeing. Or ce sont aussi des calculs d’ingénieurs qui nous « garantissent » la résistance des centrales face à un tremblement de terre ou à d’autres catastrophes…

Le 13 septembre, l’ASN, (Autorité de sûreté nucléaire en France) reconnaissait que les normes appliquées aux installations nucléaires françaises prenaient en compte le risque de chute accidentelle d’un petit avion (moins de 5,7 tonnes) mais pas une attaque délibérée avec un gros appareil. « Elles ne sont pas construites pour résister sans dommages à l’impact d’autres avions, dont les probabilités de chute accidentelle sont extrêmement faibles », indiquait le « gendarme du nucléaire », ajoutant qu’en la matière, « les règles françaises ne diffèrent pas de la pratique internationale. Ce qui s’est passé aux Etats-Unis ne relève pas de chutes accidentelles mais de véritables actes de guerre, qui ne sont pas pris en compte lors de la construction des installations nucléaires », écrivait l’ASN.

Tony Blair s’y met aussi...

Le 14 septembre c’est au tour du Premier ministre britannique Tony Blair de nous inquiéter encore plus en prévenant que des groupes terroristes seraient prêts à utiliser l’arme nucléaire, s’ils en avaient les moyens… Il a appelé à démanteler d’urgence le trafic d’armes de destruction massive. « Nous savons que s’ils le pouvaient, (les groupes terroristes) iraient plus loin et utiliseraient des armes de destruction massive chimiques, biologiques, ou même nucléaires », a poursuivi le Premier ministre britannique. « Nous savons également que des groupes, des personnes, parfois des Etats vendent les technologies et les capacités pour de telles armes », a ajouté M. Blair. « Nous avons été prévenu par les événements du 11 septembre (les attentats aux Etats-Unis) et nous devons agir en conséquence », a conclu le Premier ministre britannique.

Je rajoute : agir en conséquence, ne serait-ce pas fermer toutes les centrales nucléaires définitivement ?

Enfin le 16 septembre, Le Monde publie une recherche de l’Union Européenne, achevée fin août, montrant qu’un avion sur la Hague créerait un nouveau Tchernobyl… Le principal risque se situerait dans les piscines de refroidissement : 7500 tonnes de combustibles usés sont actuellement stockées dans ces piscines, ce qui représente une des plus grandes concentrations de radioactivité au monde… La dose de césium relâchée par Tchernobyl serait multipliée par 50…

Et puis les mauvaises nouvelles se succédant très vite, qui sait si cet article ne sera pas complètement dépassé au moment où vous le lirez ?!

Philippe Gobet

1 Le Général Buis est un Compagnon de la Libération, décédé en 1998.

2 http://www.tmia.com/threat.html

 
Articles de cette rubrique
  1. No 75, octobre 2004
    30 septembre 2007

  2. No 73 avril 2004
    30 septembre 2007

  3. No 71 octobre 2003
    30 septembre 2007

  4. No 69 avril 2003
    30 septembre 2007

  5. No 63, avril 2002
    30 septembre 2007

  6. No 62, février 2002
    30 septembre 2007

  7. No 60, septembre 2001
    30 septembre 2007