association antinucléaire genevoise    logo
Accueil du siteJournalBrèves
Dernière mise à jour :
dimanche 4 juin 2017
Statistiques éditoriales :
433 Articles
2 Brèves
1 Site Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
441 aujourd'hui
100 hier
816593 depuis le début
   
Journal par No :
No 85, avril 2007
No 85, avril 2007
Publié le dimanche 14 octobre 2007

Solaire et « énergie grise »

L’association Hespul vient de publier les résultats d’une étude pour savoir quel est le « temps de retour énergétique » du photovoltaïque. Il s’agit de voir combien de temps est nécessaire à un module photovoltaïque pour produire l’énergie qu’il a fallu dépenser pour le fabriquer. Exemples : Marseille, intégré toiture : 1,6 ans. Paris, façade : 4 ans. Durée de vie garantie des modules : 25 ans. On est donc loin des critiques habituelles qui disent « vos panneaux, ils ne font que restituer l’énergie grise utilisée pour leur construction ». Le solaire est rentable, économiquement et écologiquement ! PG/ source : http://www.hespul.org

La pile à hydrogène dangereuse pour l’environnement ? D’après Claude Boyer, un bouillant antinucléaire français qui est malheureusement décédé récemment, la pile à hydrogène serait une « fausse bonne idée » ! L’hydrogène aurait le fâcheux inconvénient de passer au travers du métal, ce qui pose un énorme problème de stockage. Libéré à l’air libre, cet ultra-léger monte dans les hautes couches de l’atmosphère où il s’associe à l’oxygène pour former de la vapeur d’eau. L’humidification de la stratosphère interfère avec les réactions chimiques qui assurent le renouvellement de la couche d’ozone protectrice contre les UV. L’information critique sur l’hydrogène, publiée il y quelques années par la revue Science, n’aurait pas eu l’écho souhaitable dans les médias car elle irait à contre-sens des délires scientistes et des affairistes des milieux industriels et financiers. PG/ source : Lettre de Stop Nogent, n°108

La SNCF signe un contrat de fourniture d’électricité non nucléaire La SNCF a signé un « très important » contrat de fourniture d’électricité sur cinq ans avec la société privée Snet, filiale du groupe espagnol Endesa. Les modalités financières du contrat entre la Snet et la SNCF, troisième consommateur d’électricité en France n’ont pas été précisées. La Snet va pour cela ouvrir cinq nouvelles tranches, cycle combiné gaz, sur ses quatre sites français. Il est intéressant de constater que la SNCF ne veut plus compter seulement sur EDF. PG/source : AFP et Réseau Sortir du nucléaire/mars 2006

 
Articles de cette rubrique
  1. No 89, février 2008
    28 février 2008

  2. No 87, octobre 2007
    23 octobre 2007

  3. No 85, avril 2007
    14 octobre 2007

  4. No 81, avril 2006
    1er octobre 2007

  5. No 77, avril 2005
    1er octobre 2007

  6. No 75, octobre 2004
    1er octobre 2007

  7. No 71, octobre 2003
    1er octobre 2007

  8. No 68, décembre 2002
    1er octobre 2007

  9. No 62, février 2002
    1er octobre 2007

  10. No 60, septembre 2001
    1er octobre 2007

  11. No 59, juin 2001
    1er octobre 2007

  12. No 52, avril 2000
    1er octobre 2007

  13. No 51, janvier 2000
    28 septembre 2007

  14. No 48, septembre 1998
    28 septembre 2007